Tòca-Maneta et le jeu vidéo

04/09/2012

“Chaspaires de maneta, picanhaires de botons, balhaires de jòia a stick e esportius de canapè, adiussiatz !”

C’est par ces mots que je commence la chronique Tòca-ManetaAjouter un texte d'infobulle depuis 2012. Lancée à la sollicitation de Guillaume Gratiolet, pour l’émission Good Morning Occitània (Radio Occitània/Radio País), cette chronique dont j’avais l’idée sans la concrétiser depuis quelques temps a donc été radiophonique, et pensée pour la radio, mais j’en ai rapidement mis le texte en ligne sur mon blog, ce qui m’a permis d’ajouter des images et des illustrations, le discours seul ne pouvait pas tout montrer !

Plus de soixante numéros déjà, soit 120 pages de chronique sur le jeu vidéo en occitan, publiées sur le net à un rythme constant s’il n’est pas régulier. Et je suis encore surpris de voir que si, cela intéresse des gens !

Loin du ton volontiers humoristique employé dans Tòca-Maneta, j’ai également réalisé plusieurs travaux et recherches sur le jeu vidéo, l’industrie vidéoludique ou certains de ses aspects spécifiques, dans un cadre universitaire ou non.

Passionné par ce média, je le considère comme un vrai bien culturel, au même titre que la peinture ou le cinéma, et je m’intéresse particulièrement aux conditions de sa création, à sa réception et perception, ainsi qu’aux croisements qu’il permet avec d’autres médias.